La culture du cannabis à usage personnel va devenir légale au Luxembourg, une première dans l’UE

Pour la première fois en Europe, le Luxembourg a adopté des lois qui permettront aux résidents âgés de 18 ans et plus de cultiver légalement jusqu’à quatre plantes de cannabis dans leur maison ou leur jardin exclusivement pour un usage personnel.

Le Grand-Duché de Luxembourg rejoint seulement deux autres pays dans le monde – l’Uruguay et le Canada – et 11 États américains qui ont légalisé la culture et la distribution de cannabis.

PLUS DE FORBESPlus de tourisme cannabique à Barcelone ? Le tribunal annule le règlement sur les « Clubes Cannábicos »

Un jalon européen

Selon l’annonce du gouvernement luxembourgeois vendredi, la nouvelle législation vise à résoudre le problème des délits liés à la drogue en introduisant des changements fondamentaux dans l’approche du pays en matière d’utilisation et de culture récréatives du cannabis.

La décision du petit mais puissant pays européen financièrement de légaliser la production et la consommation de la drogue est une étape importante sur le continent où même les Pays-Bas — qui autorisent paradoxalement la vente et la consommation de cannabis dans les « cafés » autorisés mais en interdisent la possession et la vente.

 

« Le Luxembourg tolérera la culture du cannabis » a fustigé Le moût luxembourgeois, le principal quotidien du pays.

« Une première en Europe ! Les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont annoncé vendredi matin que chaque foyer luxembourgeois pourra avoir quatre plants de cannabis », ajoute le journal.

La consommation ne sera légale qu’au sein du ménage, bien que les amendes pour possession d’un maximum de trois grammes en public seront considérablement réduites, passant de l’amende actuelle pouvant aller jusqu’à 2 500 € à 25 € seulement.

La vente de graines de cannabis sera également possible dans les magasins et en ligne sans limites sur le niveau de tétrahydrocannabinol (THC), le composant psychoactif du cannabis.

Selon les médias locaux, le projet plus ambitieux de dépénalisation du cannabis du gouvernement de coalition actuel a été rejeté à plusieurs reprises dans le passé, principalement en raison de la pression internationale.

Ouvrir la voie à une production réglementée par l’État

L’annonce officielle a été faite vendredi par le ministre de la Justice, Sam Tanson, lors d’une conférence de presse sur la réduction de la criminalité liée à la drogue.

Les nouvelles mesures sur la production et la consommation nationales, selon le ministre, sont les premiers pas sur la voie d’une production et d’une distribution réglementées par l’État, dont les revenus seraient utilisés pour la prévention des dépendances, l’éducation et les soins de santé.

PLUS DE FORBESFini le tourisme cannabique à Amsterdam après le coronavirus

Il s’agit « d’une première étape dans notre projet de légalisation du cannabis récréatif », a déclaré Tanson. D’autres mesures seront prises en 2023.

« Nous pensions que nous devions agir », a-t-elle déclaré. «Nous avons un problème avec les drogues, et le cannabis est la drogue la plus consommée et représente une grande partie du marché illégal.

«Nous voulons commencer par permettre aux gens de le cultiver à la maison. L’idée est qu’un consommateur n’est pas en situation illégale s’il consomme du cannabis et qu’on ne supporte pas toute la chaîne illégale de la production au transport jusqu’à la vente où il y a beaucoup de misère. Nous voulons faire tout notre possible pour nous éloigner de plus en plus du marché noir illégal.

La législation fait toujours l’objet d’un vote à la Chambre des députés et devrait entrer en vigueur au début de 2022.

Laisser un commentaire